6 min de lecture

Vous songez à investir dans l’immobilier résidentiel? Répondez d’abord à ces trois questions

Avec la hausse des taux d’intérêt et la baisse des prix immobiliers partout au pays, est-ce le bon moment pour investir dans l’immobilier? Comme pour tout autre placement, il est essentiel d’effectuer une vérification diligente. Nous répondons aux trois questions qui nous sont le plus souvent posées.

Par Jason Kinnear, CPA, CA, EEE

« Le meilleur investissement sur Terre est la terre. »
Louis Glickman, investisseur immobilier et philanthrope new-yorkais

Avec la hausse des taux d’intérêt et la baisse des prix immobiliers partout au pays, bon nombre de clients se demandent si le moment est bien choisi pour acheter une propriété aux fins de placement. Les prix de l’immobilier n’ont jamais été aussi élevés dans plusieurs grandes villes du pays, donc une baisse de prix dans les deux chiffres peut donc être une occasion d’entrer sur ce marché et de diversifier ses avoirs nets.

Les placements immobiliers se présentent sous diverses formes : directs, indirects, résidentiels, commerciaux ou industriels. Nous examinerons dans cet article l’immobilier résidentiel, qui est plus facile d’accès, et les aspects importants que tout investisseur débutant devrait prendre en considération.

Comme pour toute autre occasion de placement, il est essentiel d’effectuer une vérification diligente en immobilier. Pour vous aider à déterminer si ce type de placement vous convient et à faire un choix éclairé, nous répondons ci-dessous aux trois questions qui nous sont le plus souvent posées.

Dans quel type d’habitation devrais-je investir?

Deux options intéressantes s’offrent aux investisseurs en matière d’immobilier résidentiel : utiliser sa résidence principale ou acheter une propriété aux fins de placement. Jetons un coup d’œil à chacune de ces options.

Votre résidence principale
Si vous envisagez d’investir dans l’immobilier et que vous souhaitez acquérir une certaine expérience sans trop vous engager sur le plan financier, pourquoi ne pas utiliser votre maison pour vous lancer dans l’aventure. L’idée d’avoir des locataires dans votre maison vous met mal à l’aise? Vous prévoyez vendre votre maison dans quelques années? Vous pourriez alors apporter des améliorations qui ajouteront de la valeur à votre maison et qui susciteront l’intérêt des futurs acheteurs (comme la rénovation de la cuisine et des salles de bains). Consultez votre agent immobilier ou un designer d’intérieur pour savoir ce que les acheteurs recherchent plus précisément. Vous pourrez ainsi profiter des améliorations apportées à votre maison et réaliser un gain au moment de sa vente.

Si vous prévoyez continuer de vivre dans votre maison et que l’idée d’avoir des locataires ne vous rebute pas, vous pourriez aménager un logement accessoire dans votre sous-sol ou un logement accessible par une allée ou la ruelle. Comme les marchés de la location sont de plus en plus tendus, plusieurs villes canadiennes modifient leurs règlements afin de rendre ces types de logements locatifs plus accessibles (pour en savoir davantage, consultez les ressources proposées à la fin de l’article1). Ce genre de placements coûtera sans doute moins cher que l’achat d’une autre habitation et vous permettra de surveiller ce qui se passe, puisque les locataires habiteront « chez vous ».

Une autre habitation
Si vous avez le capital nécessaire et si vous préférez que vos locataires vivent à bonne distance, l’achat d’une propriété résidentielle peut être une meilleure option. Vous pourriez acheter un appartement en copropriété d’une chambre près d’une université, une maison unifamiliale en banlieue ou encore un chalet en montagne ou au bord d’un lac. Comme cette propriété ne sera probablement pas très près de chez vous, vous devrez ensuite décider si vous la gérerez vous-même ou si vous confierez cette tâche à un gestionnaire immobilier (plus de détails sur ce point ci-dessous).

Où devrais-je acheter une maison?

Que vous ayez l’intention de louer votre résidence principale ou d’acheter une autre habitation, il est important de dresser le portrait de votre locataire idéal dès le début du processus. Comme votre locataire sera la principale source de revenu de votre placement, vous devez déterminer quel type de locataire vous voulez avoir. Vous réduirez le risque de ne pas être payé et gérerez les frais d’entretien et de recherche de locataires en fonction du type de locataire de votre logement ou de votre maison. Ce choix vous permettra également de maximiser votre potentiel de gain.

Le portrait de votre locataire idéal orientera vos recherches d’une propriété à louer ou à acheter. Si vous choisissez de louer à des étudiants universitaires, un logement d’une ou deux chambres situé à proximité d’une université est sans doute préférable. En revanche, si vous voulez louer à des retraités désireux de vivre au centre-ville, proche des lieux de divertissement, des restaurants et des établissements de santé, optez pour une propriété qui répond aux besoins des gens de ce groupe d’âge.

Le choix de votre locataire idéal déterminera la manière dont vous annoncerez votre propriété et les types de commodités que vous rechercherez dans la propriété que vous souhaitez acheter. Il vous éclairera également sur le genre de rénovations que vous choisirez de faire (comme l’ajout d’un spa dans un chalet près des pentes de ski, par exemple).

Qui gérera mon placement immobilier?

Voilà une question que les clients nous posent souvent. Leur première idée est d’assumer ce rôle pour ne pas avoir à payer de gestionnaire immobilier, mais il faut tenir compte de sa situation personnelle. Trouver et sélectionner les locataires, gérer les loyers impayés, répondre aux appels des locataires à toute heure et négocier avec les entrepreneurs ne sont que quelques-unes des responsabilités du gestionnaire immobilier.

Si vous êtes bricoleur et avez du temps et de l’énergie, vous pouvez gérer vous-même votre propriété. Toutefois, un gestionnaire immobilier chevronné qui a des contacts et les outils technologiques requis sera plus efficace qu’un particulier agissant seul. Comme le secteur de la gestion immobilière est très compétitif, les prix sont plutôt bas. Demandez-vous si vous êtes prêt à vous occuper d’une toilette qui fuit à Toronto pendant votre séjour hivernal en Floride ou si vous préférez qu’un gestionnaire immobilier local qui a l’habitude de faire affaire avec des plombiers qualifiés s’en occupe.

Les placements immobiliers peuvent procurer un revenu régulier, des avantages fiscaux et une appréciation du capital à long terme. Les conditions actuelles du marché offrent peut-être des occasions d’achat uniques pour ceux qui disposent des fonds nécessaires pour diversifier l’avoir de leur famille. Cependant, comme pour les placements sur les marchés publics, une vérification diligente s’impose et vous permettra de réduire les risques, tout en maximisant votre gain à long terme. Pour comprendre ces risques et les incidences fiscales d’un placement immobilier, y compris le maintien de votre exemption pour résidence principale, adressez-vous à votre conseiller financier.

1Pour en savoir plus sur les logements locatifs accessoires et les maisons d’allée au Canada, consultez les ressources suivantes :

 

Ce blog est uniquement destiné à des fins d'information. Il n'est pas destiné à fournir des conseils juridiques, comptables, fiscaux, d'investissement, financiers ou autres et ces informations ne doivent pas être considérées comme des conseils. Veuillez contacter votre avocat, votre comptable ou tout autre conseiller pour obtenir des conseils pertinents. Le Groupe CWB prend des mesures raisonnables pour fournir des renseignements à jour, exacts et fiables, mais n'est pas responsable des erreurs ou des omissions contenues dans ce document. Les renseignements obtenus de tiers sont considérés comme fiables, mais le Groupe CWB ou toute autre personne ne fait aucune déclaration et ne donne aucune garantie, expresse ou implicite, quant à leur exactitude, leur exhaustivité ou leur justesse. Le Groupe CWB se réserve le droit, à tout moment et sans préavis, de changer, de modifier ou de cesser la publication de ces informations. Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l'auteur et ne représentent pas nécessairement celles de la Banque canadienne de l’Ouest ou de ses sociétés affiliées.